IMMORTELLES VARIETES

De Brassens à Ferrat, la deuxième moitié du XXème siècle à révéler de véritables poètes chanteurs !

Les rappeurs en  sont peut être les dignes descendants.

Je sais que je vais me faire injurier par les "puristes" mais je m'en fiche complètement.

Quand en 1953 Brassens chantait La Tontue, fustigeant ainsi les exactions  des résistants, commis souvent d’ailleurs par les résistants de la 25 e heure (faut faire du zèle quand les carottes sont cuites, c'est bien connu).

Quand la même année dans les les "Deux Oncles", l'un pro anglais, l'autre pro allemand et lui, pro "personne", il disait  huit ans seulement après la guerre :

-"que de vos plats de choucroute et vos tasses de thé tout le monde s'en fiche à l'hunanimité, que vos fils et vos filles vont main dans la main, faire l'amour ensemble et l'Europe de demain", c'était quand même "costaud"! 

Quand Ferrat en 1973  chante "-Un air de liberté" en disant :

"Ah,  Mr d 'Ormesson vous osez déclarer qu'un air de liberté flottait sur Saigon,  avant que cette ville s'appelle ville Ho Chi Minh!

Il se fit censurer,vilipender par la Droite française.

Le Figaro dirigé par ce même d'Ormesson qui allait devenir l'académicien Jean d' Ormesson mena uune campagne féroce contre Ferrat. Il fut interdit d'antenne quelques années.

Alors moi, oui à plus de soixante "piges" j'adore les rappeurs qui égratigne parfois sauvagement la société, les nantis, et les "tous pourris" qui nous gouverne.

Il me rappelle par bien des côtés les poètes chanteurs engagés de ma jeunesse !

 

Date de dernière mise à jour : 19/11/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×